Le code de la route pour les cyclistes

Le code de la route, indispensable à connaître pour avoir le comportement le plus adapté (et donc le plus sûr) sur les voies publiques, est obligatoire pour les conducteurs de véhicules type voitures, motos et camions, mais pas pour ceux qui se déplacent à vélo. Pourtant, un cycliste est un utilisateur de la route comme les autres, il est donc primordial qu’il connaisse l’ensemble des lois et des règlements relatifs à l’utilisation des voies publics. Plus de personnes responsabilisées est synonyme de plus de sécurité sur les routes et, de fait, d’une diminution du nombre d’accidents.

Le code de la route applicable aux vélos :

Circuler à vélo, notamment pour les aller retour quotidien entre la maison et le bureau, c’est écologique et économique et en plus, ça fait faire de l’exercice. Certes. Mais il faut néanmoins avoir connaissance des règles de base pour ce qui est de la conduite à vélo. Voici les différents points du code de la route qui sont applicables aux cyclistes.

Est-il possible de rouler sur le trottoir ?

Non, rouler sur les trottoirs est interdit. A l’exception des enfants que l’on autorise jusqu’à l’âge de 8 ans parce qu’ils sont trop peu sûrs sur la route. En effet, le vélo étant considéré comme un véhicule, il doit circuler sur la voie. Un cycliste roulant sur le trottoir encourt une amende pouvant aller de 90€ à 375€.

Dans les cas où la voie cyclable est matérialisée sur le trottoir, alors il est autorisé d’y rouler, mais dans ce cas uniquement et en restant de son côté de la bande cyclable. Un cycliste se déplaçant à pied, tenant son vélo par la main, peut bien sûr évoluer sur le trottoir.

Conseils : toujours emprunter les pistes cyclables quand il y en a. Quand on roule sur la route, se maintenir à environ un mètre du trottoir et des véhicules stationnés. Aux intersections, se positionner un peu devant les véhicules de manière à être vu et faire très attention aux possibilités d’angle mort.

Comment bien apprendre le code de la route ?
Est-il possible d’emprunter une voie piétonne ?

Il est possible de rouler sur les aires piétonnes dans les deux sens, mais en gardant une allure très raisonnable (soit une allure de pas) et sans causer de gêne aux piétons. A noter que dans ce genre de cas, il est important de bien penser au partage de la route et de circuler à l’endroit le moins emprunté par les piétons, si cela est possible.Si un panneau interdisant l’accès aux vélos est affiché à l’entrée d’une voie piétonne, alors l’autorisation n’est plus valable.

Est-il autorisé de ne pas emprunter la piste cyclable quand celle-ci existe ?

Si le panneau à l’entrée de la piste cyclable indiquant celle-ci est carré, alors il n’y a aucune obligation de l’emprunter. Si, au contraire, le panneau est rond, alors circuler sur la voie réservée aux cyclistes est obligatoire. A noter que dans ce cas, un cycliste surpris en train de rouler sur la route en non sur la piste encourt une amende. De plus, si un panneau oblige à rouler sur la voie cyclable, c’est pour des raisons de sécurité. Il y a donc tout intérêt à le respecter.

Est-il autorisé de téléphoner en pédalant ?

Non, le code de la route est très clair là-dessus. L’article R412-6-1 stipule que l’utilisation du téléphone tenu en main par le conducteur d’un véhicule en circulation est interdite. Le vélo étant considéré comme un véhicule, l’usage du téléphone n’est pas plus autorisé que pour un automobiliste. Même avec un kit main libre, il est interdit de téléphoner tout en pédalant. Au-delà du fait que tenir un téléphone gêne les gestes et les réflexes, ajoutons qu’il participe à un manque d’attention. De fait, le cycliste est moins alerte et moins efficace à anticiper les accidents.

Est-il autorisé de prendre le vélo quand on a un peu bu ?

Non, c’est interdit, et ce même si on prend le vélo justement pour éviter de prendre la voiture et de risquer un retrait de permis. Il faut savoir qu’un cycliste roulant avec un taux d’alcoolémie supérieur à 0,40 mg/l d’air expiré risque de toute façon son permis de conduire, s’il en détient un. Il peut même encourir une poursuite devant le tribunal correctionnel. En somme, l’ivresse n’est pas plus autorisée sur un vélo que derrière le volant d’une voiture, d’une moto, ou autres véhicules.

Les équipements obligatoires quand on roule à vélo :

Comme pour une voiture, un vélo doit être en bonne état de marche et son conducteur équipé comme il faut afin d’être bien protégé en cas de danger.
Parmi les équipements obligatoires, le vélo doit posséder deux freins en très bon état, et deux feux. Celui à l’avant doit être jaune, et rouge à l’arrière. Rappelons que l’éclairage du vélo évite bien des dangers car il permet d’être vu dans la nuit. Le vélo doit également être équipé de dispositifs rétro réfléchissants. Ces derniers doivent être blancs à l’avant, rouges à l’arrière, et ceux sur les pédales doivent être oranges.

Pour rester en très bon état, un vélo a besoin d’un entretien régulier. Au cours de celui-ci, on vérifie notamment le gonflage des pneus et leur niveau d’usure, l’efficacité des freins et des phares, etc. Si l’on est pas sûr de soi concernant cet entretien, de nombreux professionnels peuvent le réaliser.

Quant au cycliste, il doit porter un gilet rétro réfléchissant s’il roule de nuit hors agglomération ou quand la visibilité n’est pas bonne. Il doit également porter un casque bien adapté à son tour de tête.